Sarkozy, ou le triomphe des passions tristes

Publié le par Taïké Eilée

Article publié sur AgoraVox le 11 mai 2007


31 % au premier tour, 53 % au second. Nicolas Sarkozy a survolé les élections présidentielles de 2007. Pourtant, au soir de sa victoire, nombre de Français avaient, pour la première fois, honte d'être français. Outre la déception compréhensible de ceux qui ont perdu une bataille, quelque chose d'autre ne passait pas... Le sacre sarkozyste revêtait un caractère à la fois irréel et révoltant. Une haine sourde grondait. Une douleur aiguë et lancinante se faisait sentir, qui aurait bien du mal à passer. La cause de cette réaction, inédite à l'occasion de l'élection d'un président de la République, est à rechercher dans le comportement du vainqueur, dans sa stratégie de campagne, et son utilisation redoutablement dangereuse des passions tristes.

 

Nicolas Sarkozy est élu président de la République depuis maintenant cinq jours. Parmi les premières réactions, on aura pu noter celle, réjouie, du Medef, qui promet de "contribuer avec enthousiasme à l'écriture de la nouvelle page qui s'ouvre pour la France", ou encore celle, plus inattendue, du leader d'extrême droite autrichien Jörg Haider, qui considère que le nouveau président français s'inspire de son "modèle" : "C'est une ironie de l'histoire que les Français élisent maintenant leur Jörg Haider, et une satisfaction que le "Napoléon de poche" Jacques Chirac appartienne désormais au passé." Quant à la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, elle estime que l'élection de Nicolas Sarkozy ouvre "une période excitante pour la France". Condy ne s'y trompe pas, puisque 730 voitures ont brûlé dans le pays dès la nuit de son élection, et que de nombreuses manifestations hostiles ont pris le relai un peu partout sur le territoire depuis.

 

Pendant ce temps-là, Nicolas Sarkozy a pu commencer à mettre en pratique sa conception très "à l'américaine" de la présidence, et son idée - si chère à son coeur - selon laquelle les riches ne doivent plus avoir honte d'exhiber les fruits de leur réussite bien méritée, en s'offrant une petite croisière bien sympathique à Malte, à bord du superbe yacht de son ami, le milliardaire Vincent Bolloré, un yacht répondant au doux nom de Paloma, long de 60 mètres, avec jacuzzi sur le pont supérieur, que vous pourrez vous aussi, si le coeur vous en dit, louer pour quelques 193 431 euros la semaine pour vos prochaines escapades de winner... lorsque vous aurez eu la satisfaction préalable de travailler plus pour gagner plus. T'as trop raison Nico, quel intérêt d'avoir du temps libre quand on n'a pas de quoi payer à sa famille de vraies vacances dignes de ce nom ?

 

La France en mille morceaux

 

Prenons donc exemple sur les plus méritants des Français, les Neuilléens : "Les gens qui habitent Neuilly sont ceux qui se sont battus pour prendre plus de responsabilités, pour travailler plus que les autres" (Marianne, 14 au 20 avril 2007). Quelle belle parole Nicolas ! Gloire aux travailleurs de Neuilly ! Et honte aux "autres" (bande de fainiasses...) ! Telle est bien la France de Nicolas Sarkozy : une France clivée, divisée, entre battants et fainéants, bons travailleurs corvéables à merci et assistés misérables sur lesquels on peste avec rage, honnêtes gens revanchards qui ne jurent que par le triptyque "Travail-Famille-Patrie" et dégénérés de soixante-huitards avec lesquels il faut en finir au plus vite, braves gens qui rasent les murs dans les cités et racailles à nettoyer d'urgence au Kärcher, Français-qui-se-lèvent-tôt-le-matin et Français-génétiquement-mal-barrés...

 

Nicolas Sarkozy veut être le président de tous les Français, c'est en effet la moindre des choses... Mais il n'a cessé, durant sa campagne, de dresser des Français contre d'autres Français, il a attisé les haines, les jalousies, les ressentiments de tous contre tous. Nombre de ses électeurs ont voulu porter au sommet de l'Etat un Père Fouettard, un homme qui leur promettait de punir certaines catégories de la population trop favorisées ou trop câlinées (à leur goût) jusqu'à maintenant. Ce sera dur de rallier ceux qu'on a traités - à des fins électoralistes - comme des ennemis.

 

Spinoza n'aurait pas voté Sarkozy

 

Nicolas Sarkozy a usé de la méthode la plus efficace qui soit pour accéder au pouvoir (et pour l'exercer ensuite). Il a joué sur nos "passions tristes" : "Inspirer des passions tristes est nécessaire à l'exercice du pouvoir", enseignait Gilles Deleuze dans un cours sur Spinoza prononcé à Vincennes le 24 janvier 1978. "Et Spinoza dit, dans le Traité théologico-politique, que c'est cela le lien profond entre le despote et le prêtre, ils ont besoin de la tristesse de leurs sujets. Là, vous comprenez bien qu'il ne prend pas tristesse dans un sens vague, il prend tristesse au sens rigoureux qu'il a su lui donner : la tristesse c'est l'affect en tant qu'il enveloppe la diminution de la puissance d'agir".

 

Parmi ces passions tristes, la haine, l'envie, la jalousie, la colère, la vengeance furent particulièrement mises à profit par l'ancien ministre de l'Intérieur. Les boucs émissaires qu'il nous a trouvés ? Les "autres", c'est-à-dire : les assistés, les fonctionnaires (ces privilégiés...), les syndicalistes, les fraudeurs, les voyous, les racailles, "ceux qui profitent du système", "ceux qui demandent toujours et qui ne veulent jamais rien donner", et puis les égorgeurs de moutons, les soixante-huitards, les adeptes de la repentance, les élites de gauche - toujours du côté des délinquants et des assassins, jamais de celui des honnêtes gens, n'est-ce pas ? -, les juges trop laxistes de Bobigny, les policiers qui jouent au rugby avec les jeunes au lieu de les mettre en prison (revoyez cette séquence : quelle humiliation pour les policiers, quel sadisme de notre gendarme à Saint-Tropez !), et même les politiques et les technocrates (voyez ce morceau nauséeux du discours de Bercy), et j'en oublie sûrement.

 

Le (dé)goût des "autres"

 

Nicolas Sarkozy s'est voulu le candidat de "la France qui paie toujours pour tous les autres", "la France qui paie les conséquences de fautes qui ont été commises par d'autres"... les fameux "autres" dont nous venons de dresser une petite liste non exhaustive, et sur la haine desquels Sarkozy a construit sa victoire, en remuant les passions tristes de ses supporters... Cette méthode très efficace à court terme est néanmoins désastreuse sur le long terme : elle crée un climat malsain entre les gens, et ruine le peu d'unité qui peut exister entre membres d'une même nation. Les passions tristes parvenues au pouvoir sont, en quelque sorte, légitimées, elles n'ont plus à se cacher, à se modérer, à s'amender pour se renverser en passions joyeuses, qui, elles, unifient sainement le corps social.

 

On pourrait croire à une exception dans cet usage des passions tristes, lorsque Nicolas Sarkozy marque son rejet de la repentance, ce regard critique qu'un peuple porte sur son passé, et qu'il identifie à une "détestation de la France et de son Histoire". Mais, en fait, non ; car la réhabilitation du pays se fait, chez lui, par la stigmatisation des repentants, la dénonciation d'autres coupables (irrépressible manie de se défausser en désignant dans le même mouvement un bouc émissaire), et passe finalement par une exaltation presque délirante de la fierté d'être Français. Sarkozy réinvente ainsi une histoire exclusivement glorieuse de la France, qui "n'a pas commis de crime contre l'humanité", "n'a jamais commis de génocide", "n'a pas inventé la solution finale" (petite douceur adressée à nos amis allemands...), mais "a inventé les droits de l'homme" ; et mieux encore, "la France est le pays du monde qui s'est le plus battu dans l'univers au service de la liberté des autres" ("dans l'univers" !). Oublié le régime collaborationniste de Vichy. Oubliés le Code noir et l'esclavagisme. Oubliée la colonisation. Entre la flagellation perpétuelle et l'oubli, il y a une marge évidemment, et une juste attitude à trouver, mais Nicolas Sarkozy ne fait pas dans la nuance ; il réécrit l'histoire au Kärcher, pour flatter la fibre la plus nationaliste d'un électorat en mal de grandeur mythifiée.

 

Singer le grand loup blanc

 

Le nouveau chef de l'Etat français partage ce dégoût pour la repentance avec celui qui lui aura servi de principal modèle durant toute sa campagne présidentielle : Jean-Marie Le Pen.

 

La campagne de Nicolas Sarkozy démarre, en effet, le 21 avril 2002. La démangeaison extrémiste est là en France, et Sarko la sent... comme un loup affamé flaire sa future proie aux quelques gouttes de sang qui perlent de ses blessures. Le Pen, en fin tacticien, en vieux loup de la politique, a depuis longtemps flairé les thèmes porteurs, ceux qui rencontrent le plus fort écho dans le peuple, le "petit peuple" si souvent méprisé et tellement courtisé à la fois. Il a compris que le moyen le plus simple de fédérer un grand nombre de sympathisants autour de soi, c'est de leur faire peur et de désigner des boucs émissaires, en promettant de "punir" ces derniers. Avec lui, le bouc émissaire était unique, c'était l'immigré, ou, dans un langage plus convenu, "la politique d'immigraton des gouvernements successifs de gauche comme de droite". Sarkozy a repris à son compte la tactique lepéniste, mais en démultipliant les boucs émissaires, en divisant le pays à outrance.

 

Moi je dis les choses comme je pense

 

Le mimétisme avec Jean-Marie Le Pen se poursuit dans l'attitude de pourfendeur de tabous que Nicolas Sarkozy a, lui aussi, décidé de faire sienne. Le Pen disait : "Moi je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas." Sarkozy ne cesse d'user de cette formule : "Moi je dis les choses comme je pense", en ayant bien pris soin, au préalable, de dire que, dans ce pays, "on ne peut plus rien dire sur rien". Son discours laisse constamment entendre que nous vivons sous le règne de la pensée unique, d'une quasi censure (instaurée par qui ?), et que lui seul vient parler vrai au milieu d'un discours trop policé et convenu. Lui, au moins, il parle franchement. Il n'hésite pas. Il n'a pas peur. Il ose ! Et puis, il parle comme les gens, les "vrais gens", ceux qu'il a découverts durant sa campagne : "Pendant des mois j’ai vu ce que le peuple vivait, ce qu’il ressentait, ce qu’il souffrait". Il a vu les Français, ceux d'en-bas, les vrais, les authentiques. Et il a compris que parler comme eux, ça pouvait rapporter gros : "Vous savez pourquoi je suis tellement populaire ? Parce que je parle comme les gens" (déclaration d'avril 2004, reprise dans Marianne). Alors il parle de "racailles", car dans les banlieues, les gens ils parlent comme ça, les jeunes ils se parlent comme ça. Y a pas à être choqué ! Les Français veulent que leurs représentants politiques leur ressemblent, soient, le cas échéant, aussi vulgaires qu'eux. Pas de chichi ! Sarkozy exauce ce voeu.

 

Les gens qui apprécient ces manières de faire se trompent, car évidemment l'authenticité est feinte, calculée, méprisante - et méprisable. Et puis, surtout, dire tout haut ce qu'on pense tout bas, cela n'est pas penser : "Bien penser, cela ne va pas de soi. [...] Si vous vous laissez aller, vous êtes pris par quelque chose qui n'est pas vous [...]. La nature mécanique nous guette toujours et nous tient toujours. [...] On pense faux comme on chante faux, par ne point se gouverner. [...] Bien penser est une chose que l'on se doit à soi-même, et qu'il faut vouloir. Ainsi l'homme n'est pas un spectacle permis à lui-même ; ni permis, ni possible". C'est toute la sagesse du philosophe Alain dans ses Propos, et notamment celui-ci, "Régler ses pensées", du 7 août 1929. Penser, c'est corriger ce qu'on pense, redresser constamment ses pensées, qui, sans cet effort, deviennent animales, et proprement étrangères à nous-mêmes - indignes de l'Homme.

 

Sarkozy, qui assimile la liberté à la transgression, ne se prive pas pour transgresser les odieux carcans de la pensée unique. Il lance ainsi des débats scientifiques, en toute liberté, sur le déterminisme génétique par exemple, il donne son avis à lui, sans prendre la peine de s'en référer aux autorités compétentes. Et sur quoi fonde-t-il ses convictions ? Sur sa propre expérience : "Moi j'ai jamais eu la pulsion d'aller violer un enfant de trois ans, j'en ai aucun mérite, et je ne pense pas que c'est mon éducation qui m'ait porté à ne pas avoir eu cette pulsion..." Ou encore : "Je ne me souviens pas moi, quand j'avais 14 ou 15 ans, d'avoir réfléchi à mon identité sexuelle, je suis hétérosexuel... Je ne me suis pas longuement interrogé pour savoir si j'aimais les hommes ou les femmes..." Ajoutant, au passage, que la campagne présidentielle est "un grand moment de sectarisme" (toujours cette foutue censure... à laquelle lui seul échappe). Alors, certes, Sarkozy ne prétend pas trancher les questions de manière définitive, l'infaillibilité papale ne fait pas encore partie de ses prérogatives. Mais il ose tout de même donner ses vérités scientifiques à lui. Un peu comme Le Pen lançait, lui aussi, des "débats", sur l'existence et l'inégalité des "races", contre l'avis de tous les scientifiques. Et lui aussi fondait ses convictions sur l'évidence ("Il y a des Noirs, il y a des Jaunes..."), le bon sens populaire, n'omettant pas de dénoncer "l'inhibition sémantique" des frileux...

 

N'ayez pas peur ! J'arrive...

 

Avec Le Pen, on était aussi habitué à l'exploitation éhontée des faits divers les plus sordides, des crimes les plus atroces, que le brillant tribun s'évertuait à narrer dans le détail jusqu'à faire frémir son auditoire, lors de dîners dont il s'était fait une spécialité, et qui lui permettait de conclure, solennellement, à la nécessité du retour de la peine de mort. Sarkozy a su, lui aussi, instrumentaliser les pires crimes de sang, sans une once de pudeur, pour justifier sa politique répressive (qu'il n'a pourtant pas su mettre en oeuvre durant ses nombreuses années passées place Beauvau), ou, du moins, pour se donner l'image du chef autoritaire et impitoyable qu'appelle de ses voeux le vengeur masqué qui sommeille en chacun d'entre nous, dès lors qu'il est confronté à l'horreur, à l'innommable barbarie qui fauche les vies innocentes.

 

Morceaux choisis du discours de Bercy : "Je suis allé à la rencontre des Français [...] avec en moi le souvenir de cette famille à la Courneuve qui pleurait la mort d'un petit garçon de onze ans. C'était le jour de la fête des pères, deux bandes rivales s'affrontaient au pied de l'immeuble, il a pris une balle perdue. C'était le jour où j'ai parlé du Kärcher. Je ne regrette rien [c'est le même homme qui avait déclaré très cyniquement à l'époque : "Kärcher en septembre, 200 000 adhérents [à l'UMP] en novembre"...]. Je suis allé à la rencontre des Français avec dans ma mémoire la douleur des parents de cette jeune fille brûlée vive dans un bus auquel des voyous avaient mis le feu pour s'amuser. J'y suis allé avec dans la tête la voix de ce petit garçon que je tenais par la main devant le cercueil de son père gendarme et qui me tirait par la manche en me disant : "Sors mon papa de la boîte !" J'y suis allé avec devant les yeux l'image de la jeune Ghofrane battue à mort et atrocement torturée parce qu'elle refusait de donner son numéro de carte bleue à ses bourreaux. [...] Je suis allé à la rencontre des Français avec en moi le souvenir de ces familles immigrées, de ces pères, de ces mères, de ces enfants brûlés vifs dans l'incendie de cet hôtel sordide où on les avait entassés parce qu'on n'avait pas les moyens de les loger plus convenablement."

 

Certains, manifestement majoritaires aujourd'hui, apprécient ce genre de discours ; d'autres, peut-être minoritaires, continuent de ressentir un profond dégoût face à une telle manipulation émotionnelle de l'opinion. Car après avoir suscité l'effroi silencieux de l'assistance, avec tant de malheur et d'horreur exposés, on ne tarde pas à désigner du doigt un coupable - dont il ne viendra à l'idée de personne de contester la culpabilité -, et l'on se présente - tel un messie vengeur - comme celui qui saura le "liquidier"...

 

Pour une contre-révolution morale

 

L'ennemi à abattre, c'est l'esprit de Mai 68, ce fantôme persistant, qui, depuis près de quarante ans, plânerait sur la République, et lui empoisonnerait l'âme. Une République comme possédée par le démon de 68, et qui aurait besoin de toute urgence d'un grand "désenvoûtement" mené par notre nouvel exorciste, Sarkozy. Celui-ci emprunte son diagnostic au bon médecin Le Pen, qui imputait déjà à cette date "maléfique" de Mai 68 l'origine du laxisme moral français, par exemple dans ce discours sur la peine de mort du 20 mai 2006 (à la 7e minute). Une bonne introduction au discours terrible de Bercy que tint Sarkozy à la veille du second tour, et dans lequel il se livra à une charge haineuse, d'une violence inouïe, à l'encontre d'un héritage rendu responsable d'à peu près tous nos maux.

 

Sarkozy (ou plutôt Henri Guaino, l'auteur de ses discours récents) met parfois justement le doigt là où ça fait mal, sur les promesses non tenues de Mai 68 à l'égard des travailleurs, et joue sur les passions tristes de ces derniers : "Sarkozy joue du ressentiment des classes populaires qui se sont senties méprisées par l'idéologie soixante-huitarde", remarque le sociologue Jean-Pierre Le Goff, cité dans Libération du 4 mai 2007. Sa dénonciation du communautarisme soixante-huitard est, en revanche, plus choquante, venant d'un homme qui n'a cessé, ces dernières années, de "communautariser" la France (lire, à ce propos, cette bonne synthèse de l'Observatoire du communautarisme intitulée "Du communautarisme au républicanisme incantatoire : que penser du revirement rhétorique de Nicolas Sarkozy ?"). Carrément culottée enfin, la filiation que Sarkozy établit entre Mai 68 et les 8,5 millions d'euros de prime de départ et de stocks options de Noël Forgeard : "Voyez comment le culte de l'argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portés par les valeurs de mai 68. Voyez comment la contestation de tous les repères éthiques, de toutes les valeurs morales [...] a préparé le terrain au capitalisme sans scrupule et sans éthique des parachutes en or, des retraites chapeaux et des patrons voyous..."

 

Dans Libération du 2 mai 2007, l'historien Henry Rousso, ancien directeur de l'Institut d'histoire du temps présent, rapprochait l'attitude de Sarkozy de celle des contre-révolutionnaires du XIXe siècle, consistant à "voir dans un événement historique révolutionnaire qu'on qualifie de maléfique les causes d'un supposé déclin français". Et de lui rétorquer, sans ménagement : "C'est un argument fantasmagorique, qui ne tient pas sur le plan historique. [...] Faire de 68 la cause unique de toutes les valeurs dominantes aujourd'hui est une absurdité." Selon l'historien, Sarkozy veut définir une culture de droite "en érigeant un ennemi imaginaire. Il reproche à Ségolène Royal et à la gauche de le diaboliser, mais c'est ce qu'il fait : il érige Mai 68 en une sorte de figure du diable... absolument indéfinissable."

 

Un drôle de moralisateur

 

L'objectif essentiel que se fixe Nicolas Sarkozy, c'est de mettre en oeuvre "la grande réforme intellectuelle et morale dont la France a une nouvelle fois besoin". De la morale avant toute chose ! "Le mot "morale" ne me fait pas peur. La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler", lançait Sarkozy à Bercy, lui qui n'a décidément peur de rien. Eh bien parlons-en de morale !

 

Nicolas Sarkozy veut réhausser "le niveau moral de la politique". Mais est-ce que c'est moral, lorsque l'on est ministre de l'Intérieur et favori de la future élection présidentielle, de pratiquer l'intimidation sur des journalistes ? De faire virer un journaliste du Figaro-Magazine, Joseph Macé-Scaron ? De faire virer le directeur de la rédaction de Paris-Match, Alain Genestar ? De censurer la biographie de sa femme Cécilia, Entre le coeur et la raison ? D'ignorer la séparation des pouvoirs, et de mépriser l'indépendance de la justice ? Est-ce moral de critiquer des Etats-Unis l'arrogance de la France lors de son refus de la guerre en Irak ? Est-ce bien moral d'aller à la pêche aux électeurs frontistes en dénonçant, sur TF1, devant des millions de téléspectateurs, les musulmans qui égorgeraient le mouton dans leur appartement, pour ensuite regretter ces propos, en petit comité, devant une association de jeunes de Nanterre ? Est-ce acceptable de se dire fier de son bilan de ministre de l'Intérieur, sur lequel on prétend être jugé, alors que Alain Bauer, président de l'observatoire national de la délinquance, affirme que "l'indicateur de la violence a continué imperturbablement à monter depuis 1994", et que Sébastian Roché, secrétaire général de la société européenne de criminologie, parle d'un "bilan globalement négatif" ? Est-ce moral, pour l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine (de 1983 à 2002), de n'avoir pas respecté la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) ? Et puis, dire tout et son contraire, est-ce moral ? Et mentir ? (voir cet "article-somme")

 

Et que dire des allégations du fameux numéro de Marianne de l'avant-premier-tour ? "A entendre les chiraquiens, même ceux qui se sont ralliés à son panache, c'est lui, Sarkozy, qui, ministre du Budget de Balladur, lança la justice sur la piste du scandale des HLM de Paris [...]. Objectif ? Abattre Chirac ! C'est lui encore, prétendent-ils, qui aurait fait révéler, au Canard enchaîné, l'affaire de l'appartement d'Hervé Gaymard, en qui il voyait un adversaire." Ou encore, dans un autre registre : " Se faire, fût-ce en partie, offrir un luxueux appartement aménagé par le promoteur qu'on a systématiquement favorisé en tant que maire, et dans l'espace dont on a, toujours comme maire, financé l'aménagement, est-ce un exemple d'attitude hautement morale ? [...] Publier un livre consacré à l'ancien ministre Georges Mandel qui se révèle, pour partie au moins, être un plagiat coupé-collé de la thèse universitaire de Bertrand Favreau, certaines erreurs comprises, est-ce la quintessence du moralisme intégral ?" Etc. Etc. Il y aurait toute une page de l'hebdomadaire à citer...

 

Kärchériser Bercy ?

 

Si Sarkozy n'est pas un parangon de vertu, ses amis politiques ne brillent pas tous non plus par leur probité : Patrick Balkany, Alain Carignon, Gérard Longuet, Alain Juppé, Bernard Tapie ou Charles Pasqua sont des spécimens de choix, qui ont tous eu très sérieusement maille à partir avec la justice. Eric Besson, inconnu du grand public avant la campagne, sera devenu, au terme de celle-ci, l'incarnation même de la traîtrise. Même si la concurrence était rude cette année : entre Tapie, Séguéla, Sevran et Hanin, le choix pouvait demander réflexion...

 

Tout ce beau monde a donc rejoint la France de TF1... pardon, la France sarkozyste, qui, elle, a réussi à échapper à la décadence morale de notre temps, n'a jamais cédé au "relativisme intellectuel et moral", n'a jamais perdu de vue la "différence entre le beau et le laid", avec des figures de proue comme Steevy du Loft, Miss Dominique de La Nouvelle Star, Doc Gynéco de Nice People (condamné aussi pour fraude fiscale), Richard Virenque et Marielle Goitschel de Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, le big boss Arthur, vice-président d'Endemol France, cette merveilleuse société qui nous gratifie des plus belles émissions de la télévision française, qui participent activement à élever le niveau de conscience des futurs électeurs : Loft Story, Nice People, La Ferme Célébrités, 1ere Compagnie, Star Academy, Opération Séduction, 120 minutes de bonheur... sans oublier les sensationnels Véronique Genest de Julie Lescaut, Roger Hanin de Navarro, Bernard Tapie de Commissaire Valence, Henri Leconte et Johnny, nos exilés suisses, et puis Carlos, Thierry Roland, Philippe Candeloro, Rika Zaraï, Michou, Gilbert Montagné (c'est le raffinement de la beaufitude...), on se croirait presque sur le plateau des Enfants de la télé... avec Enrico bien sûr et Christian Clavier (l'autre mauvais sosie de Louis de Funès, lui aussi en beaucoup moins drôle)... et puis Charlotte Rampling, qui fait un peu tache au milieu de toutes ces lumières... et je gardais le meilleur pour la fin : Charles Villeneuve, le déjà mythique présentateur du Droit de savoir, cette émission de TF1 absolument neutre politiquement, qui, entre les deux tours de la présidentielle, le 1er mai, jour de la fête du Travail, aura eu l'ingénieuse idée de programmer un numéro consacré... aux faux chômeurs ! RMIstes fraudeurs ! et malades imaginaires ! Quelle coïncidence de retrouver là les boucs émissaires privilégiés de Nicolas Sarkozy ! Et j'oubliais, dans l'assistance du Palais Omnisports de Paris-Bercy, celui qui détient 42,9 % de la chaîne TF1, Martin Bouygues. La grande famille de "la France d'après" réunie au grand complet ! 

 

Un conflit de valeurs

 

Nicolas Sarkozy a gagné une élection qu'il a placée sous le signe des valeurs - et qui ne se réduisent certes pas à celles qu'incarnent les grands personnnages évoqués à l'instant... Il a voulu qu'on parle "sans complexe" de l'identité nationale. Et cette discussion a créé un sacré malaise, qui se ressent en ce tout début de mandature. Car Nicolas Sarkozy a "joué", là encore, sur ce thème. Il a fait mine de défendre un héritage moral français, alors qu'il n'en défendait en réalité qu'une partie, l'air de rien. En gros, la défense de l'identité nationale s'est réduite, avec lui, à une réponse ferme et sans détour à la "menace" islamiste. "On n'égorge pas le mouton dans son appartement" est la formule choc qui résume toute cette campagne "morale" de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, on peut l'enrichir un peu, comme cela a été fait sur Radio-Notre-Dame le 26 avril 2007 : "La polygamie, c'est pas en France, l'excision, c'est pas en France, le voile obligatoire, c'est pas en France, la loi des grands frères qui choisissent les relations de leurs soeurs, c'est pas en France, le père qui oblige la fille à se marier avec quelqu'un, c'est pas en France... Je leur dis tranquillement et simplement, que nul ne doit être condamné à vivre dans un pays qu'il n'aime pas." Si l'on met de côté le ton un brin méprisant utilisé par l'ancien candidat de l'UMP, on peut et on doit même être d'accord sur le fond. Le problème est ailleurs.

 

D'abord, en prétendant parler d'identité nationale, Sarkozy (incorrigible) montre encore du doigt un bouc émissaire : cette fois, c'est le musulman. Selon le sociologue Emmanuel Todd, cette stratégie classique consistant à désigner des boucs émissaires permet aux responsables politiques incapables de régler les problèmes économiques fondamentaux qui se posent au pays de faire diversion. C'est un aveu (à peine déguisé) d'impuissance. Ensuite, et c'est là que se situe peut-être la plus grosse imposture, Nicolas Sarkozy nous indique, par l'idée même de son ministère de l'immigration et de l'identité nationale, qu'il résume la question de l'identité française à celle de l'assimilation des immigrés ; il réduit cette question, au fond, à l'égalité hommes-femmes et au rejet de certaines coutumes venues d'ailleurs. Emmanuel Todd pointe cette imposture : car la France, c'est aussi "le pays de l'égalité", "du respect de la population", "attaché à des valeurs universalistes", alors que Sarkozy "ne croit pas en l'égalité", "promet d'être dur aux faibles". C'est encore lui "qui est allé faire des génuflexions devant Bush", "qui a trahi la tradition gaulliste". En conséquence de quoi Todd prétend que Sarkozy est "en réel conflit avec l'identité nationale", "ne sait pas ce qu'est la France", et finalement "ne considère pas que Sarkozy aime la France".

 

On pourrait encore ajouter que la France est un pays profondément attaché à sa laïcité, et que le nouveau président de la République n'a pas montré de très sérieux gages en cette matière cruciale. En témoignent les inquiétudes exprimées par le philosophe Henri Pena-Ruiz, dans une tribune du 15 février 2007 adressée à celui qui était encore ministre de l'Intérieur. Et puis, pour ceux qui auraient déjà oublié les convictions de leur nouveau président en matière religieuse, rafraîchissons-leur la mémoire, avec ces quelques réflexions tirées du livre de Nicolas Sarkozy, La République, les religions, l'espérance, paru en 2004 : "Je crois au besoin de religieux pour la majorité des femmes et des hommes de notre siècle. [...] On ne peut pas éduquer les jeunes en s'appuyant exclusivement sur des valeurs temporelles, matérielles, voire même républicaines. [...] La dimension morale est plus solide, plus enracinée lorsqu'elle procède d'une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu'elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain." Dit autrement : il est impossible d'éduquer un enfant de façon purement laïque, sans l'assistance nécessaire de la religion. Une vie athée est impensable. On comprend mieux les frictions qui animèrent son entretien avec l'athéiste Michel Onfray...

 

Puisqu'il faut croire...

 

Tenant d'une politique économique que d'aucuns qualifient d'ultra-libérale, et qui devrait précariser les moins nantis - si l'on en croit l'analyse du collectif de militants et de chercheurs "L'Autre campagne" et son film Réfutations -, Nicolas Sarkozy a pourtant réussi le tour de force de les ramener à lui, "tous ces sans grade, tous ces anonymes, tous ces gens ordinaires auxquels on ne fait pas attention, que l'on ne veut pas écouter, que l'on ne veut pas entendre", et ce par l'adoption d'une posture autoritaire, de chef, contempteur de la décadence intellectuelle et morale, annonçant la liquidation et la mort de la pensée 68, et le retour aux bonnes vieilles valeurs traditionnelles et religieuses (on se demande, au passage, qui peut bien être ce "on" dans la bouche de Sarko... c'est quand même un homme qui a été ministre de l'Intérieur depuis 2002 et qui était ministre du Budget dès 1993 qui parle... et qui nous avoue donc que, jusqu'ici, il n'a pas fait attention aux gens ordinaires... c'est bien cela qu'il faut comprendre ?). Tour de passe-passe coutumier de toutes les droites dures, et des néoconservateurs américains en particulier. Libéralisme dur dans une main, valeurs morales réactionnaires et autoritarisme liberticide dans l'autre ; la deuxième main vient remédier - très superficiellement - aux maux infligés par la première : d'un côté, on mine la cohésion sociale, on crée du malaise et du désordre, de l'autre, on vient apaiser les âmes désespérées et on mate les perdants - potentiellement réfractaires - du système. Un cocktail classique qui a fait ses preuves, qui endort le pauvre terrorisé et stimule le riche jamais rassasié.

 

Le climat anxiogène installé par Sarkozy durant sa longue campagne (démarrée il y a cinq ans déjà) perdure dans ces premiers jours de son "ère". La gauche et Libération nous promettent de la casse, des "fractures" ; le Front national, via Alain Soral, nous assure, de son côté, que le programme du nouveau président reprend à 90 % le sien propre (dans son pan "économico-social"). Soral, qui n'imagine pas une seconde que Sarkozy le mettra réellement en oeuvre, promet néanmoins, au cas improbable où il le ferait, d'aller "lui baiser les pieds". Fractures promises, convergences "extrémistes"... Pas de quoi rassurer tout le monde. La balle est maintenant dans le camp de Nicolas Sarkozy : saura-t-il devenir le président de tous les Français ? saura-t-il sortir de l'image caricaturale qui lui colle à la peau ? et apaiser l'incroyable défiance d'un nombre considérable de Français, dont rend compte un clip circulant sur Dailymotion, déjà vu plus de deux millions de fois, et redoutablement flippant : Le vrai Sarkozy ? Puisque Nicolas se veut l'apôtre de l'espérance, nous le suivrons sur ce point : nous espérerons en lui, à défaut de croire.

Publié dans Politique et Internet

Commenter cet article

Taïké Eilée 13/05/2007 01:00

@ Samuel Gérard et pasdesarkozy : Je suis heureux que l'article vous ait plu. C'est vrai que la technique oratoire de Sarko mériterait d'être étudiée et mise à nu. Elle n'est pas très difficile à identifier, mais néanmoins redoutablement efficace (chez la majorité qui l'a élu...). Vous pouvez évidemment reprendre mon article chez vous (avec la source). Plus il circule, mieux c'est. Au sujet de l'article de "Marianne", j'en avais déjà parlé à travers un précédent article, également publié sur AgoraVox :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22493 

pasdesarkozy 12/05/2007 17:34

Je me suis permis de mettre un lien vers votre billet sur mon site .
Cet article résume bien ce qui pose question chez Sarkozy : son incapacité chronique à accepter la moindre contradiction ( cf l'article de Marianne la dessus ) .Si vous ajoutez à cela la stratégie utilisée pour conquérir le pouvoir ( un mélange d'amitiés médiatiques , de révérences diverses , de consentement même chez ses rivaux de Droite au nom de l'efficacité ) , les appels aux plus bas instincts .Vous obtenez une victoire et une pratique qui fait que quand Sarkozy se réclame de "l'efficacité" par exemple , on ne peut qu'être inquiet .
Bien sur certains sarkozystes venant apporter la contradiction ne comprennent pas le caractère inédit du personnage et s'offusquent du procés d'intention mené contre leur chef de meute .et encore analyser et s'inquiéter .
Et pourtant s'il y a bien une nécessité c'est bien d'analyser

Samuel Gérard 12/05/2007 00:04

Merci pour ce remarquable article, probable fruit de nombreuses heures de veilles, de lecture et de synthèse. Il est à recommander comme une sorte de vademecum salutaire ! Il n'y manque à mon goût qu'un petit guide de la technique oratoire sarkosienne (entr'autre l'emploi de questions fermées, la reformulation des questions, les syllogismes approximatifs et le jeu des questions réponses)

Serge Uleski 11/05/2007 23:04

La politique a horreur du vide ! Le PS n’a pas cessé de créer le vide autour de lui depuis la fin du mitterrandisme (et d’ailleurs, on peut dire que ç’a commencé avec Mitterrand). Depuis Jospin, le PS ne représente plus que les cadres et les salariés de la fonction publique. Ca ne pouvait pas durer ! Sarko a vu les espaces laissés par la gauche et par son propre parti depuis 20 ans (pensez entre autres, aux 18% du FN dont personne ne s'est occupé !!!!!! et aux voix du centre droit que le PS n'a jamais jugé bon de courtiser). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, la "personnalité" du candidat du PS n'avait aucune chance face à une "personnalité" telle que SARKO. Royal est incapable de se faire écouter de ceux dont il est important de se faire entendre si on veut gagner une élection présidentielle. Elle est incapable de s'adresser aux électeurs qui n'aient pas déjà leur carte au PS ou qui ne soient pas des alliers naturels de la gauche et plus grave encore, elle est incapable de rendre lisible un programme ; elle n’a sans doute jamais eu à s’expliquer ou bien, elle n'a jamais eu à expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit au cours de sa carrière. Sans oublier le fait suivant : le candidat qui a donné le sentiment de s’être longtemps battu pour arriver là où il est arrivé, c’est Sarko et pas Royal !!!! Strauss-Kahn était un bien meilleur candidat. C'est un bon communiquant : phrases courtes, syntaxe percutante, maîtrise des dossiers : analyse, synthèse, diagnostic et recommandations.Il était très certainement le seul capable de rendre lisible un programme et le seul à pouvoir décrédibiliser ( sur le fond) la candidature de SARKO sans la diaboliser (en politique, la diabolisation ne rapporte rien quand on est challenger. Elle est contre-productive). Les militants du PS ont décidé de soutenir Royal (les militants appartiennent majoritairement à la fonction publique - déconnectés, ils sont : déconnectés de ceux que Royal avait besoin de toucher pour gagner la présidentielle). Côté rénovation... Oui ! La rénovation : « La politique autrement... et patati et patata !!! »
Royal arrive trop tard, beaucoup trop tard sur la scène de la "rénovation politique" et trop tôt pour le PS et ses alliers. C’était au plus rapide et Sarko a été plus rapide et plus convainquant ; il a donné beaucoup plus d’ampleur à cette entreprise dite de "rénovation", sans oublier son culot et son panache. Sarko incarne toutes les ruptures. Il sera Thatcher et Blair tout à la fois (ce qu’a été Blair). Que restera-t-il comme espace pour le PS et la gauche en tant que force capable de gagner une élection législative ou présidentielle ? La question est posée tout en sachant comme nous le savons aujourd’hui que la gauche ne peut plus miser sur ses propres forces. Elle aura besoin de l’échec de Sarko.
Et l’échec de Sarko, qu'est-ce au juste ?
C'est la perte de confiance d’une petite, d'une toute petite partie de l’électorat dont il a besoin pour rester à son poste et pour se faire réélire dans cinq ans : la poignée de voix qui fait une majorité. Alors… il ne faudra pas trop compter ou bien, miser sur son échec car, une poignée de voix perdue, ça se trouve et ça se gagne ailleurs et pour peu que la gauche n’y soit pas - tête en l’air qu’elle est - c’est encore un espace que Sarko - l’homme omnipotent - s’empressera d’occuper sans attendre qu’on l’y invite (il s'est même payé le luxe d'épouser les thèses de Fabius "Une europe qui nous protège de la mondialisation". C'est vous dire ! C'est... tout dire !)
Aujourd'hui, il n'est plus possible de gagner une élection en ignorant le centre et le centre droit. Quand on veut gagner une élection pour, une fois au pouvoir, faire une politique dite "de gauche", il faut faire campagne au centre et au centre droit.
Libre ensuite à cette force de gouverner à gauche !
Ca nous changera des campagnes menées à gauche et de l'exercice du pouvoir mené à droite ! (sourire)