Chauprade : "Nous saurons la vérité sur le 11-Septembre"

Publié le par Taïké Eilée

 

 

Le 11 décembre 2010, Aymeric Chauprade était l’invité de Russia Today. Revenant sur l’épisode de sa révocation du Collège interarmées de défense sur intervention directe du ministre de la Défense Hervé Morin (pour avoir présenté de façon trop complaisante les "théories du complot" sur les attentats du 11 septembre 2001), le géopoliticien se montre optimiste quant à l’éclosion prochaine de la vérité sur le 11-Septembre :

"La vraie raison pour laquelle j’ai perdu mon travail, c’est que j’étais en désaccord avec la nouvelle politique de défense française pro-OTAN. Mais il est vrai que dans mon dernier livre j’émettais des doutes sur la version officielle du 11-Septembre. Je suis très confiant pour l’avenir concernant la vérité, j’attends seulement ce qui va arriver, mais de nombreux experts pensent que la version officielle n’est pas juste. Nous avons le temps, mais nous saurons la vérité.

 

Dans le monde occidental, il est très difficile de questionner la version officielle, mais les choses changeront, car, comme je vous l’ai dit, même aux Etats-Unis beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’une sorte de complot intérieur. Nous avons le temps, je suis un historien de la longue durée, donc j’attends et je suis confiant pour l’avenir."

 

Dans ces quelques mots, Chauprade va un peu plus loin que dans ses précédentes interventions. Jusqu’ici, il se contentait de dire qu’il ne croyait pas la version officielle, et son livre Chronique du choc des civilisations n’était censé, dans son introduction, que présenter les "théories du complot", sans y adhérer ; à présent, il semble prendre le parti de ceux qui pensent que le 11-Septembre fut "une sorte de complot intérieur".

 

Quant à partager l’optimisme affiché par Aymeric Chauprade... Il est probable que dans 100 ans les historiens en sauront plus sur ces événements, mais le citoyen lambda, qui n’a pas 100 ans devant lui, aimerait aussi savoir... Pour lui, pas d’autre choix : il faudra accélérer le rythme normal de l’histoire. Internet pourrait constituer le moyen de cette accélération : mobiliser - via Facebook - les masses du monde dans une revendication simple et consensuelle : une réelle enquête - après avoir rappelé les graves insuffisances de la première -, et non pas la défense - beaucoup plus clivante - de quelque théorie alternative que ce soit. Sceptiques, "conspirationnistes", défenseurs de la version officielle... tous les êtres informés et doués de bon sens ne pourraient que souscrire à une telle requête : la recherche d’une vérité plus complète et la levée des trop nombreuses zones d’ombre.

 

Depuis dix ans, beaucoup de choses ont été faites, certes, par les "journalistes citoyens" pour montrer les failles de la version officielle, dénoncer les mensonges d’Etat, et exhumer des informations oubliées... mais les choses traînent néanmoins. La radicalisation des uns et des autres - et le dialogue de sourds qui s’ensuit - est le principal frein à toute avancée décisive, qui nécessite la mobilisation du plus grand nombre et donc la recherche d’un dénominateur commun. Au lieu d’appuyer sur ce qui nous divise, appuyer sur les revendications qui nous rassemblent. Internet peut être un formidable outil révolutionnaire, à condition de savoir l’utiliser avec un minimum d’intelligence stratégique. A défaut, rendez-vous dans 100 ans, pour ceux qui seront encore présents...

 

Publié sur AgoraVox TV

Publié dans 11 septembre

Commenter cet article